Adaptation culturelle et entreprise : comment s’en sortir dans le cadre d’un projet international ?

S’adapter à la culture du pays où vous allez travailler sur un projet international est essentiel pour votre bien-être personnel et la réussite de votre entreprise (une bonne façon de le faire est de tenir compte de la culture croisée). Tous les expatriés mettent en œuvre, souvent automatiquement ou inconsciemment, un certain nombre de stratégies d’adaptation. Nous pouvons distinguer trois stratégies d’adaptation culturelle : l’utilisation des ressources, l’utilisation des stéréotypes et l’utilisation de la culture. Nous examinerons ci-dessous les moyens efficaces et inefficaces de mettre en œuvre chacune de ces stratégies. Un retrait temporaire, sous la forme de vacances ou de repos de quelques jours, ou une retraite temporaire dans l’environnement familial ou avec d’autres collègues expatriés, peut être un bon moyen de se remettre du syndrome connu sous le nom de “fatigue culturelle”. Cela consiste à être saturé ou ennuyé par les coutumes et les modes de vie du pays où nous nous trouvons. Au contraire, il n’est pas du tout efficace de se retirer complètement ou fréquemment, ce qui finit par empêcher l’interaction avec l’autre culture. L’idéal est d’adopter un comportement assertif et de travailler dur pour apprendre les bases du nouvel environnement. Il ne sert à rien de lutter contre les habitudes culturelles du pays d’expatriation, notamment par des comportements autodéfensifs ou agressifs.

L’utilisation des ressources

Nous devons tirer parti des ressources mises à notre disposition : formation, interprètes, etc. ou de celles que nous recherchons par nous-mêmes pour promouvoir l’apprentissage et l’interdépendance. Une utilisation contre-productive de cette stratégie est de devenir trop dépendant de ces ressources. Par exemple, en utilisant uniquement les services de la communauté où nous vivons avec d’autres expatriés sans chercher d’autres options ou en ayant un rapport avec les populations et les services indigènes.

L’Utilisation de stéréotypes

Les stéréotypes sont des généralisations, la plupart du temps avec des connotations négatives, il est donc conseillé de ne pas les utiliser à moins qu’ils ne soient faits comme un guide de la culture et des idiosyncrasies d’un peuple ou d’un groupe, toujours de manière mesurée et comme une simple référence. Mais c’est une méthode inefficace, voire négative, lorsqu’on essaie d’ajuster la nouvelle culture dans le cadre de référence propre à l’expatrié, en rejetant toute autre perspective.

L’Utilisation de la culture

Probablement la stratégie la plus efficace lorsqu’elle est utilisée comme une forme d’adaptation, en améliorant les compétences mais en maintenant toujours son identité. Au contraire, essayer d’adopter une nouvelle culture, en perdant sa propre essence, est sans aucun doute une mauvaise voie. Toutes les stratégies doivent être utilisées dans la bonne mesure, sans tomber dans des extrémismes tels que le renoncement à sa propre culture ou la prise au pied de la lettre des stéréotypes.Une utilisation équilibrée et rationnelle de chacune de ces stratégies est la meilleure façon d’atteindre le bon niveau d’adaptation culturelle pour réaliser les objectifs personnels et d’entreprise proposés.