Biographie de Steven Spielberg

Steven Spielberg est un réalisateur, scénariste et producteur de cinéma américain, né le 18 décembre 1946 à Cincinnati dans l’Etat de l’Ohio. Issu de la deuxième génération du Nouvel Hollywood dans les années 1970, il réalise le premier blockbuster ou superproduction de l’histoire du cinéma avec “Les Dents de la mer” en 1975. Il enchaîne ensuite les succès internationaux avec “E.T., l’extra-terrestre” en 1982″, la série “Indiana Jones” en 1981-2008, “Jurassic Park” en 1993, “La Liste de Schindler” en 1993, “Il faut sauver le soldat Ryan” en 1998, “Ready Player One” ou “Prêt joueur un” en  2018, tout en développant ses activités de gestionnaire. Il a été le fondateur de la société de production Amblin Entertainment et cofondateur du studio DreamWorks SKG. En tant que tel, Steven Spielberg  produit de nombreux films à grand succès. Ce cinéaste producteur a autant financé et distribué des œuvres plus exigeantes ou moins grand public.   

Steven Spielberg et la société cinématographique   

Il fut pendant des années : Steven Spielberg « The Entertainment King » ou « Le roi du divertissement ». La raison était que son nom était régulièrement cité comme le meilleur représentant de l’industrie cinématographique hollywoodienne dont il a promu, sur le plan mondial, l’efficacité technique, la science du grand spectacle et le pouvoir illusionniste. L’ensemble de son œuvre est le reflet particulier de son style et de sa personnalité. S’il a parfois critiqué la systématisation des suites et des sagas cinématographiques dans le cinéma américain, en compagnie de son ami George Lucas, ces deux cinéastes restent considérés par bon nombre de critiques comme les initiateurs de ce système, en raison de leurs nombreux succès. Il a également créé la fondation Shoah Foundation Institute for Visual History and Education qui se traduit par “Institut de la Fondation Shoah pour l’histoire visuelle et l’éducation”. Le but a été de recueillir les témoignages de tous les survivants de la Shoah et de les diffuser aux plus jeunes, dans le but de participer au devoir de mémoire afin d’éviter un nouveau génocide. 

Mérites et décorations   

Il est chevalier dans l’ordre de l’Empire britannique (KBE). Steven Spielberg a reçu deux Oscars du meilleur réalisateur en 1994 et 1999 et un Oscar du meilleur film en 1994. Il a, par ailleurs, présidé le jury du 5e Festival international du film fantastique d’Avoriaz en 1977, et celui du 66e Festival de Cannes en 2013.   

Enfance et jeunesse, mélange de succès et de drame 

Steven Allan Spielberg est né dans une famille juive. Son père est Arnold Meyer Spielberg était un des créateurs de l’ordinateur GE-225 pour General Electric en 1959. Sa mère, Leah Frances Posner, décédée en 2017, était pianiste de concert avant d’ouvrir un restaurant à Los Angeles. Il a trois sœurs Anne Spielberg, Sue Spielberg et Nancy Spielberg. Son prénom hébraïque est Samuel, en hommage à son grand-père paternel Samuel ou Shmuel  Spielberg, immigrant ukrainien de Kamenets-Podolski mort une année avant sa naissance. Sa grand-mère paternelle Rebecca Spielberg était originaire de Sudilkov en Ukraine tandis que son grand-père maternel, Philip Posner était originaire d’Odessa. Sa grand-mère maternelle, Jennie Posner est née à Cincinnati de parents juifs polonais. C’est dans cette même ville que ses parents sont nés et où il vécut ses premières années. Il vit ensuite à Haddon Township dans le New Jersey, puis à Scottsdale en Arizona. Élève médiocre mais passionné de cinéma, ses résultats scolaires ne lui permettent pas d’intégrer les écoles de cinéma de son choix, c’est pourquoi il suit les cours d’art dramatique de l’école d’Arcadia, à Phoenix. Après avoir été recalé à l’entrée d’UCLA School of Theater, Film and Television, il s’inscrit à l’Université d’état de Californie de Long Beach où il a obtenu son Bachelor of Arts, mention Film Production and Electronic Arts. Lecteur de bandes dessinées, il admire celles publiées par EC Comics. En 1959, à l’âge de douze ans, il tourne en autodidacte son premier film, “The Last Gunfight” qui se traduit par “La dernière fusillade”, un western de quatre minutes, avec la caméra 8 mm de son père. Il enchaîne en 1961 avec “Escape to Nowhere” ou “Échapper à nulle part” et “Battle Squad” ou “Escouade de combat”, deux films de guerre puis en 1964, Firelight ou “Feu de feu”, un film de science-fiction de 140 minutes, fortement influencé par “Le Monstre” de Val Guest. Par la suite, il tourne Amblin, histoire de deux jeunes gens qui vont en auto-stop du désert jusqu’au Pacifique sans échanger une parole. Ce court-métrage, réalisé avec Allen Daviau, remporte plusieurs prix et permet à Spielberg de décrocher un contrat de sept ans avec les studios de télévision Universal. Ses parents divorcent en 1964 ce qui le marque profondément. Cette séparation influencera son futur travail de réalisateur, où la recherche d’une enfance heureuse se confronte souvent à l’incompréhension chronique des adultes. 

Steven Spielberg : premiers pas dans le monde du cinéma   

Chez Universal, Spielberg se fait remarquer pour ses compétences techniques et se forge une certaine réputation. Il dirige Joan Crawford dans The Eyes, un des trois épisodes pilotes de la série fantastique “Night Gallery” ou “Galerie de nuit”, créée par Rod Serling. Il enchaîne avec notamment le troisième épisode de la première saison de “Columbo : Le Livre témoin”. Son premier gros succès est un téléfilm, “Duel”, qui raconte l’histoire d’un camion dont le chauffeur reste invisible aux spectateurs et qui poursuit un voyageur de commerce sans relâche et sans motif apparent. En dépit de son budget minimal et de son tournage très court (douze jours seulement), l’œuvre fait immédiatement sensation pour l’efficacité de sa mise en scène qui rend au mieux la sensation de peur primaire propre aux situations extrêmes, lorsque la vie est subitement menacée. Le film remporte notamment le Grand Prix du premier Festival international du film fantastique d’Avoriaz. Son succès à la télévision est tel que le film sort en version longue dans les salles de cinéma en 1973. En 1974, Spielberg se voit confier la réalisation de son premier long-métrage pour le cinéma, “Sugarland Express”, lequel a été récompensé par le Prix du Scénario au Festival de Cannes. Ce film, tiré d’une histoire vraie, raconte l’aventure de deux marginaux et de leur otage, poursuivis par un déploiement carnavalesque de policiers et de journalistes. Cependant, ce dernier est un cuisant échec au box-office. Universal avait refusé d’en assurer la promotion, jugeant le sujet trop difficile. 

Steven Spielberg devient rapidement le cinéaste le plus célèbre. 

Certains considéraient alors la carrière du réalisateur terminée, mais le hasard en décide autrement. Sur le bureau de ses producteurs de Sugarland Express, il est intrigué par un manuscrit portant le titre “Jaws”, adapté d’un roman de Peter Benchley dans lequel un requin géant terrorise une petite ville côtière des États-Unis. Une fois chez lui, il « dévore » le livre et décide d’en réaliser l’adaptation cinématographique. L’échec de son film précédent lui porte préjudice, mais il parvient à réunir un budget de quatre millions de dollars pour faire son œuvre. Ayant réuni des acteurs moins connus tels que Robert Shaw, Richard Dreyfus, et Roy Scheider, le tournage peut enfin commencer. Un tournage laborieux de cent-cinquante-cinq jours conduira à un fort dépassement de budget. Un des trois requins mécaniques ne fonctionne pas toujours très bien, par exemple, et les caprices de la météo et de l’océan n’arrangent pas les choses. Une partie des acteurs et des techniciens se décourageait, jusqu’à Spielberg lui-même dont la peur de l’eau se transforme en véritable phobie. Mais “Jaws” ou “Les Dents de la mer” sort tout de même en salle et, contre toute attente, le film est un succès dépassant de loin les prévisions les plus optimistes des studios. En fait, pour la première fois, les recettes d’un film dépassent les cent millions de dollars. Fort de ce succès, Spielberg se lance dans un autre grand projet, qu’il rêve de réaliser depuis longtemps : une histoire d’extra-terrestres pacifiques débarquant sur Terre pour y rencontrer l’homme. Scientifiquement, un tel contact est dénommé « rencontre du troisième type », expression qui donnera son nom au film sorti en 1977, dans lequel joue François Truffaut dont Spielberg est un fervent admirateur. Surfant sur la vague de “Star Wars” ou “Guerres des étoiles”, l’œuvre est une réussite commerciale, le public se pressant pour voir ce nouveau film de science fiction. En 1977, il est président du jury du 5e Festival international du film fantastique d’Avoriaz. Son jury est notamment composé du réalisateur français Michel Audiard, de l’actrice américaine Sydne Rome et du réalisateur français Claude Sautet. En 1979, Spielberg connaît son second revers après “Sugarland Express”. La comédie “Loufoque 1941”, est considérée comme un échec tant sur le plan artistique que commercial. Se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, le film traite de la paranoïa qu’a connue la Californie après l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais. La côte Ouest pensait être elle aussi la cible d’une nouvelle attaque de leur part. 

Les succès cinématographiques de Steven Spielberg dans les années 1990 

Avec Jurassic Park et les nœuds de la liste de Schindler, Steven Spielberg a ses plus grands succès en 1993. Le spectacle d’aventure Jurassic Park avec Sam Neill et Jeff Goldblum racontant la renaissance des dinosaures bat une fois de plus tous les records du monde et reste pendant des années le film le plus réussi de tous les temps. À ce jour, Steven Spielberg est responsable de certaines parties de Jurassic Park en tant que réalisateur ou producteur. La dernière sortie de Jurassic World : The Fallen Kingdom ou “Le royaume déchu” en 2018, avec Chris Pratt et Bryce Dallas Howard, est dans les cinémas. Avec le drame historique Schindlers list en 1993, avec Liam Neeson, Ben Kingsley et Ralph Fiennes, l’entrepreneur allemand Oscar Schindler, qui a sauvé la vie d’environ 1200 Juifs, Steven Spielberg  reçoit la reconnaissance méritée comme guidon derrière la caméra. Le chef-d’œuvre remporte sept Oscars, entre autres comme meilleur film et la meilleure réalisation. Steven Spielberg réalise le même tour de passe-passe une fois de plus avec The Soldier James Ryan en 1998 avec Tom Hanks, Vin Diesel et Matt Damon. Le film anti-guerre sur le jour- J pendant la Seconde Guerre mondiale est nominé pour onze Oscars et reçoit des Golden Boys, très convoités, dont ceux du meilleur film et de la meilleure réalisation.  

Les actuels projets de Steven Spielberg 

De très nombreux projets sont souvent liés à Steven Spielberg. À savoir l’adaptation des mémoires de la photographe Lynsey Addario, un cinquième volet d’Indiana Jones, un film sur l’enlèvement d’Edgardo Mortara, Montezuma sur la conquête de l’empire Aztèque ou encore une mini-série sur Napoléon, fondé sur le biopic abandonné de Stanley Kubrick dont Spielberg fut un ami, ainsi que de nombreuses adaptations de romans parmi lesquels “Robopocalypse”, “Thank You for your Service” ou “Merci pour ton service” qui raconte  une enquête sur les soldats américains traumatisés par la guerre d’Irak, ou Pirates qui est le dernier roman de Michael Crichton. Il travaille également sur une adaptation du roman Micro de Michael Crichton pour DreamWorks, après avoir acquis les droits en 2015. En 2017, il est annoncé que Joachim Rønning pourrait le mettre en scène, avec Steven Spielberg à la production. Il fut un temps également pressenti pour réaliser “Interstellar” en 2014 et “American Sniper” ou “Tireur d’élite américain” en 2015, qui furent finalement réalisés respectivement par Christopher Nolan et Clint Eastwood. 

Le côté privé de Steven Spielberg   

 Steven Spielberg ne fait lui-même aucun cas de sa vie privée. En 1985, il a épousé l’actrice Amy Irving, et tous deux ont eu un fils, Max Samuel, né en 1985. Le divorce en 1989 a couté, pour Steven Spielberg, pas moins de 100 millions de dollars américains. Néanmoins, le réalisateur ose une seconde tentative et épouse l’actrice Kate Capshaw en 1991, qu’il rencontre lors du tournage d’Indiana Jones et du Temple de la mort. Trois enfants sont nés de ce mariage : Sasha, Sawyer et Destry. Kate Capshaw amène également sa fille Jessica et le fils adoptif Theo au mariage. Le couple adopte également un autre enfant nommé Mikaela. Janes, la nièce de Steven Spielberg, vit également avec lui. La famille vit en partie près de Los Angeles, à New York, dans les Hamptons et en Floride. Selon le magazine Forbes, Steven Spielberg aurait accumulé à ce jour des actifs de 3,4 milliards de dollars US. Il intègre le Parti démocratique des Etats-Unis, dont il a déjà fait don d’importantes sommes d’argent. En 2006, Steven Spielberg a été nommé la plus puissante personne dans l’industrie du film choisi par le magazine Première, et le magazine Life l’a désigné comme la personne la plus influente de sa génération. Bref, cet homme a joué dans nombreux films.