Comment optimiser le traitement individualisé de l’hémophilie

Une physiothérapie spécialisée et un dosage de facteur adapté au poids peuvent optimiser le traitement individualisé de l’hémophilie. Chaque personne atteinte d’hémophilie est différente et a donc besoin d’un traitement personnalisé : tant pour le dosage des préparations de facteur à remplacer que pour la prévention ou le traitement des modifications articulaires liées à la maladie.

Les experts ont discuté des chances d’une thérapie individualisée de l’hémophilie lors d’un symposium satellite organisé par Novo Nordisk à l’occasion de la 61e réunion annuelle de la Société de recherche sur la thrombose et l’hémostase (GTH). Ils ont souligné l’importance d’une coopération interdisciplinaire intensive entre les hémathérapeutes, les chirurgiens orthopédistes et les physiothérapeutes. Le dosage de facteur adapté au poids peut également contribuer à l’optimisation du traitement de l’hémophilie à l’avenir. Les experts espèrent obtenir des informations à cet égard grâce à une étude sur la pharmacocinétique de Turoctocog alfa en relation avec l’indice de masse corporelle des patients atteints d’hémophilie A.

Un concept de traitement interdisciplinaire optimal

Les personnes atteintes d’hémophilie ont besoin, en plus de la pharmacothérapie, d’un concept de traitement interdisciplinaire optimal avec des mesures curatives et préventives qui contribuent également à améliorer la qualité de vie. L’hémophilie provoque souvent des saignements dans les articulations, ce qui, avec le temps, peut entraîner des arthropathies avec un handicap physique massif et une diminution de la qualité de vie. Une situation qui doit être évitée à tout prix, selon les experts. Trois disciplines devraient travailler en étroite collaboration pour y parvenir : La substitution adéquate des facteurs de coagulation pour la prophylaxie et la thérapie des saignements est effectuée par l’hémostaseur, en plus de l’examen des articulations et de leur fonctionnalité par l’orthopédiste, qui initiera un traitement ciblé si nécessaire. En outre, le physiothérapeute peut contribuer de manière démontrable au maintien de la fonctionnalité des articulations, à la réduction de la fréquence des saignements et des douleurs et à la prévention des dommages qui en découlent grâce à des mesures régulières prises à un stade précoce.

Cependant, les soins physiothérapeutiques spécialisés pour les personnes atteintes d’hémophilie ne sont pas encore disponibles dans ce pays en fonction de la demande. Afin de combler cet écart dans la demande, l’Académie des physiothérapeutes de l’Hémisphère Sud a été créée en 2013. Dans le cadre de ces manifestations, les physiothérapeutes intéressés ont la possibilité de recevoir une formation complémentaire théorique et pratique dans le domaine du traitement des personnes atteintes d’hémophilie.

Déterminer le dosage selon le poids

Le dosage adapté au poids des préparations de facteur pourrait encore améliorer le traitement de l’hémophilie à l’avenir. L’étude multicentrique étudie la pharmacocinétique de Turoctocog alfa en relation avec l’indice de masse corporelle (IMC) et le physique chez les personnes atteintes d’hémophilie A sévère. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes souffrant de troubles de la coagulation – tout comme la population saine – sont en surpoids . La gestion de l’hémophilie en surpoids (IMC 25-29,9 kg/m2) ou de l’obésité (IMC ≥30 kg/m2) est un défi majeur. Le volume de plasma par kilogramme de poids corporel est plus faible chez les patients obèses que chez les patients non obèses , ce qui se traduit par un taux de récupération plus élevé (récupération progressive) du facteur de coagulation substitué. Les préparations de facteur VIII (FVIII) sont généralement dosées en fonction du poids corporel, ce qui peut entraîner des niveaux d’activité du FVIII plus élevés chez les personnes en surpoids ou obèses après injection que chez les personnes de poids normal. Les résultats devraient fournir des indications supplémentaires sur l’ajustement de la dose des préparations de facteur pour les personnes en surpoids. Les données aboutiront finalement à un modèle viable de dosage des facteurs ajusté au poids”.