La fête des mères et ses origines

La fête des Mères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des mères dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère. La date de la fête des Mères varie d’un pays à l’autre, mais la majorité d’entre eux a choisi de la célébrer en mai. Les origines de la fête sont anciennes et remontent même à des temps très reculés : la fête des mères est en effet liée au culte des dieux de la fertilité des peuples qui, dans l’Antiquité, adoraient différents dieux. Ces célébrations ont été organisées pendant la période de l’année où le changement de saison, de l’hiver froid au printemps ou à l’été chaud, permet à la nature de revenir pour exalter les couleurs et les parfums de la terre, signes évidents de prospérité et de richesse.

La fête des mères au temps des gaulois

La fête des mères remonte au temps d’Astérix, c’est une tradition très ancienne ! Les premiers à avoir instauré une journée consacrée aux mamans sont les grecs et les romains, qui organisaient chaque année au printemps une cérémonie en l’honneur de Rhéa et Cybèle, les divinités mères des Dieux.

La fête des mères que l’on connaît

La version moderne de la fête des mères nous vient directement des États-Unis. Le second dimanche du mois de mai 1907, au moment du décès de sa maman, une américaine a demandé aux autorités d’instaurer une journée en l’honneur de toutes les mamans du monde le deuxième dimanche de mai. Vœu exaucé ! Les petits américains honorent leur maman le deuxième dimanche de mai depuis plus de 100 ans.

Les nombreuses origines de la Fête des Mères

Les civilisations de l’antiquité comme les grecs fêtaient Rhéa, mère de tous les dieux alors que les Romains fêtaient Matralia ou Matronalia en l’honneur des femmes et des mères qui se rassemblaient au temple de Junon Licina afin de recevoir cadeaux et argent. Avec le christianisme, les fêtes païennes ont été oubliées et Marie, mère de Jésus, devint la figure emblématique de la mère.  Au XVI ème siècle, l’Angleterre fêtait le jour des mères (the mothering day), mais peu à peu cette fête s’est transformée en fête de célébration de l’Eglise et les mères n’ont plus été à l’honneur. Cependant, le dimanche du jour des mères (mothering sunday) était souvent l’occasion de prendre un jour de congé et nombre d’anglais en profitaient pour rendre visiter à leur mère à laquelle ils apportaient un gâteau. En France, Napoléon évoque l’idée d’une Fête des mères officielle, mais il faudra attendre la relance officielle de la fête aux Etat-Unis pour qu’elle soit reprise en Europe. Les premières traces de célébration en l’honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l’honneur de Rhéa (ou Cybèle), la mère des dieux et notamment celle de Zeus. Ce culte est célébré aux Ides de mars dans toute l’Asie Mineure. Des fêtes religieuses romaines célèbrent les matrones le 1er mars lors des Matronalia et Cybèle lors des Hilaria. Toutes ces élébrations ont lieu au printemps, mois de la fertilité. Il est possible que les premiers chrétiens aient vénéré la Vierge Marie en assimilant les cultes de ces déesses païennes mais il leur était plus difficile d’associer ces fêtes à des célébrations dédiées aux mères, en raison des questions théologiques concernant sa virginité.

En France

Mais en France célébrer les mamans et plus généralement la famille, est une idée de Napoléon. C’est le premier qui a évoqué l’idée d’une fête des mères officielle au printemps en 1806. Au départ, le but était d’honorer les mères de familles nombreuses. Il faut cependant attendre le 20 avril 1926, pour que la première “journée des mères” nationale ait lieu. Il s’agissait alors d’honorer les mères de familles nombreuses, avec remise de “Médailles de la Famille française”. Elle n’a jamais eu grand succès jusqu’en 1941, moment, où le Maréchal Pétain institue la fête des mères pour repeupler la France qui souffre de la seconde guerre mondiale. Pour Pétain, la famille est une valeur essentielle pour la France. Il a souhaité officialiser cette fête pour attirer l’attention sur le rôle de la femme au foyer. Son discours est réputé pour la polémique qu’il a entraînée. Certains lui ont reproché sa vision de “femme-objet”. La grande “invention” de Vichy, ce fut d’honorer toutes les mères, d’en faire une fête familiale et d’en laisser la prise en charge aux enfants eux-mêmes, tout en faisant encadrer ces activités par les maîtres d’école. En 1950, cette fête très populaire est officiellement fixée au 4ème dimanche de mai. Si ce dernier est le dimanche de Pentecôte, la fête des mères est reportée au premier dimanche de juin. Le village d’Artas en Isère revendique être le  berceau de la fête des Mères. En effet, le 10 juin 1906, à l’initiative de Prosper Roche, fondateur de l’Union fraternelle des pères de famille méritants d’Artas, une cérémonie en l’honneur de mères de familles nombreuses eut lieu. Deux mères de neuf enfants reçurent, ce jour-là, un prix de  Haut mérite maternel . Le diplôme original créé par Prosper Roche est conservé dans la bibliothèque de l’Institut de France avec les archives de l’association. C’est toutefois à la fin de la Première Guerre mondiale que le principe du Mother’s Day prend corps en Europe. Il a été répandu par les jeunes membres d’organisations américaines de secours aux populations occupées CRB ou Commission des secours en Belgique et en France du Nord occupée d’Herbert Hoover ou aux blessés du front et surtout par les soldats américains du corps expéditionnaire du général John Pershing arrivés en masse à partir d’avril 1917. En mai 1918, Pershing ordonne de distribuer à tous les soldats sous son commandement des cartes postales d’hommage à envoyer pour le Mother’s Day et il fait aussi réaliser un film d’actualités par Gaumont. En 1918, la ville de Lyon célèbre la journée des mères en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari pendant la Première Guerre mondiale. En 1920, est élaborée une fête des mères de familles nombreuses puis le gouvernement officialise une journée des mères en 1926, dans le cadre de la politique nataliste encouragée par la République. Après une première tentative en 1920 qui donne aux municipalités la responsabilité de célébrer éventuellement les mères et les pères de familles nombreuses, ce n’est que le 20 avril 1926 que la fête des Mères obtient sa véritable reconnaissance officielle. Le gouvernement d’Aristide Briand la qualifie encore de  Journée des mères de Familles nombreuses. Cette première cérémonie officielle nationale est marquée par la remise solennelle des médailles de la Famille Française accordées aux Mères de Familles nombreuses afin de leur témoigner toute la reconnaissance de la Nation.  En 1942, le maréchal Pétain s’adresse à la radio aux femmes en ces termes : Vous seules, savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui fait les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne. Après guerre, la loi du 24 mai 1950 dispose que  la République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d’une journée consacrée à la célébration de la  fête des Mères, organisée par le ministre chargé de la Santé avec le concours de l’UNAF . Elle en fixe la date au dernier dimanche de mai sauf si cette date coïncide avec celle de la Pentecôte, auquel cas elle est repoussée au premier dimanche de juin et prévoit l’inscription des crédits nécessaires sur le budget du ministère.

Aux États-Unis

La création d’un Mother’s Day aux États-Unis par le président Woodrow Wilson le 9 mai 1914 répond à deux objectifs. D’une part il s’agit d’établir une journée de reconnaissance des mères de famille au niveau fédéral puisque la publiciste de Philadelphie, Anna Jarvis, a multiplié les initiatives en faveur d’une journée des Mères depuis 1905 et que la plupart des États des États-Unis ont ratifié sa demande. D’autre part le président des États-Unis cherche à rassembler le peuple américain divisé par des tensions européennes qui accentuent les sentiments antiallemands et qui aboutissent quelques mois plus tard au déclenchement de la Première Guerre mondiale en Europe. Anna Jarvis voit ainsi aboutir cette fête commémorative des Mères qu’elle s’était engagée à mettre sur pied à la mort de sa propre mère, Ann Jarvis (Ann Maria Reeves Jarvis), le 8 mai 1905. Depuis sa création au début du xxe siècle, la fête des Mères est devenue très commerciale et a même suscité des critiques de la part de sa créatrice Anna Jarvis. Cette dernière a intenté divers procès contre des sociétés commerciales et manifesté contre cette récupération mercantile de la journée dévolue à chaque mère. Elle s’attaque aux fleuristes en 1922 et les traites de « profiteurs » dans la presse. En 1923, elle perturbe un congrès de la confiserie de détail puis s’en prend à l’association féministe The American Mothers qui vend des œillets pour collecter des fonds au bénéfice des anciens combattants de 1917-1918. En 1934, elle fait un procès aux Postes américaines pour l’émission d’un timbre qui célèbre la fête des mères et elle poursuit Eleanor Roosevelt, la très féministe épouse du Président Franklin D. Roosevelt, pour ses œuvres caritatives qui sont sous le sceau de la fleur d’œillet. Elle meurt ruinée en novembre 1948, hospitalisée dans un sanatorium depuis quatre ans, recevant chaque année des monceaux de lettres adressées à la fondatrice de la fête des Mères. Les Américains ont dépensé près de 20 milliards de dollars durant la fête des Mères en 2014, ce qui représente une moyenne de 160 dollars par personne.

Aujourd’hui

Au fil des siècles, pour en arriver à parler du présent, la fête des mères a perdu son ton religieux et ses motivations naturalistes, pour se transformer en une fête commerciale, parfois même sous la forme d’un festival, s’enrichissant à tous égards de moments qui soulignent l’importance du rôle social de la mère. Parmi les moments historiques les plus importants qui ont un rapport avec cette fête, il y a celui de mai 1870, lorsqu’aux États-Unis d’Amérique, la militante pacifiste Julia Ward Howe – fervente partisane de l’abolition de l’esclavage – a proposé l’institution de la fête des mères, comme moment de réflexion contre la guerre. Plus de 40 ans plus tard, en 1914, l’anniversaire a été officialisé par le président de l’époque, Woodrow Wilson : la résolution du Congrès indiquait le deuxième dimanche de mai comme fête des mères. L’objectif social de l’institution de la fête des mères, donc officiellement à partir du XXe siècle, est de célébrer publiquement la gratitude et surtout l’amour pour les mères, pour toutes les mères du monde, tout en communiquant un message d’espoir et de paix.

La première en Italie

La première célébration officielle italienne de la fête des mères remonte au 12 mai 1957 (c’était le deuxième dimanche de mai), lorsque Don Otello Migliosi, curé du petit village de Tordibetto (Pérouse), a célébré cette fête à Assise. La fête des mères dans le monde. Dans de nombreux endroits du monde, cet anniversaire a été pris comme une imitation de l’habitude de la civilisation américaine ou européenne : à titre d’exemple, en Afrique, certains pays ont institué une fête des mères inspirée du modèle britannique de célébration, qui est célébrée le quatrième dimanche du carême. D’autres États dans le monde célèbrent la fête des mères à des moments très différents de l’année : Par exemple, en Thaïlande, elle est célébrée le 12 août, date de la naissance de la reine Sirikit Kitiyakara, en Espagne, le premier dimanche de mai, en Argentine, le troisième dimanche d’octobre et la fête est appelée “Día de la Madre” ; en Russie, elle est célébrée le dernier dimanche de novembre, en Norvège le deuxième dimanche de février ; de nombreux pays la célèbrent le 21 mars, premier jour du printemps, de nombreux pays d’Europe de l’Est la célèbrent le 8 mars, mais la coutume la plus courante est, comme en Italie, de célébrer la fête des mères le deuxième dimanche de mai.

La fête des mères dans les autres pays

La fête des mères est une fête internationale. La Belgique, le Danemark, la Finlande, l’Italie, La Turquie ou encore la Russie se sont aussi calqués sur la tradition instaurée par les Etats-Unis pour fêter leurs mamans nationales. En Belgique, les mamans ne se fêtent pas le même jour en fonction des régions. La majorité des belges célèbrent leur maman le deuxième dimanche de mai. Dans la région d’Anvers, la fête des mères est le 15 août, qui est le jour de Marie dans la religion catholique.  En Angleterre, la fête des mères, appelée Mothering Sunday, est toujours célébrée le 4e dimanche de carême, c’est à dire aux environs de la mi-mars.  En Allemagne, le jour de la fête des mères, les mamans ne travaillent pas. La fête des mères est célébrée le deuxième dimanche de mai depuis plus de 75 ans. Le jour de la fête des mères, les enfants sont aux petits soins pour leur maman tout au long de la journée.  En Espagne, on fête les mères le premier dimanche du moi de mai. Ce jour-là, les mères et les grand-mères ne cuisinent pas. Les restaurants respectent cette coutume en offrant une fleur aux mères et aux grands-mères.  Au Canada, la fête des mères est célébrée chaque année le deuxième dimanche du mois de mai. Comme en France, les petits enfants bricolent un cadeau pour leur maman, avec leur maîtresse ou avec l’aide de leur papa. C’est une fête officielle et tous les petits canadiens y mettent tout leur cœur pour qu’elle soit réussie.