Les radars embarqués : ces systèmes de contrôle nouvelle génération vont-ils avoir un impact sur le code de la route ?

Liquide pour cigarettes électroniques à base de CBD
Liquide pour cigarettes électroniques à base de CBD : achetez en toute simplicité en ligne
4 février 2020
Découvrez les bienfaits des massages érotiques
Sensualité et érotisme : découvrez les bienfaits des massages érotiques
7 février 2020
Les radars embarqués

Quelles nouveautés en matière de radar cette année ?

Radars tourelles, radars discriminants double-face, radars mobiles et embarqués… les nouveaux systèmes pour contrôler la vitesse sur les routes de France sont déployés progressivement et en accord avec les acteurs de la Sécurité Routière. Malgré ces changements, les automobilistes, jeunes conducteurs ou conducteurs aguerris, sont toujours soumis aux mêmes règles et doivent se plier aux exigences du code de la route.

 

Les nouveaux radars embarqués

Un radar embarqué disposé à l'avant d'un véhicule banaliséLes radars embarqués dernière génération, aussi appelés radars mobiles mobiles, sont disposés à l’arrière des véhicules de gendarmerie banalisés pour contrôler la vitesse des automobiles sur la route. Agissant au cœur de la circulation ou à l’arrêt, ce véhicule reste discret. Ainsi, bon nombre d’automobilistes se laissent prendre dès qu’ils dépassent la limite de vitesse autorisée. Rappelons que le code de la route admet, en règle générale, une vitesse de 110 à 130 km/h sur autoroute, 90 km/h sur les routes ayant deux voies dans le même sens de circulation, 80 km/h sur les routes à double sens et 50 km/h en agglomération. Certaines exceptions sont toutefois possibles et il convient de se conformer aux panneaux de signalisation. Par ailleurs, la vitesse doit être moins élevée par temps de pluie.

 

Radars embarqués et jeunes conducteurs

Concernant les jeunes conducteurs, la vitesse maximale autorisée est de 110 km/h sur autoroute, de 100 km/h sur une route à double voie séparée par un terre-plein central et de 80 km sur les routes départementales et nationales à deux sens de circulation. Leur vigilance doit être accrue malgré leur manque d’expérience, c’est pourquoi des règles strictes sont mises en place et apprises bien avant de passer le code de la route, puis au cours des leçons de conduite.

Contrairement à certaines idées reçues, les jeunes conducteurs ne sont pas traités différemment des autres conducteurs avec ce système. Le radar embarqué calcule la vitesse dans les deux sens de circulation et dispose de flashs infrarouges totalement invisibles. En cas de dépassement de vitesse, le radar mobile prend une photo de la plaque d’immatriculation : le cinémomètre à effet doppler fonctionne avec un système de prise de vue numérique et un dispositif de flash particulièrement évolués. Selon le code de la route, ces contrôles routiers sont tout-à-fait légaux et essentiels à la sécurité.

En 2020, 500 véhicules avec radar embarqué sillonnent les routes françaises. La présence de ses nouveaux radars embarqués est censée décourager les mauvais conducteurs et limiter le nombre d’accidents dus à la vitesse.

 

Les amendes en cas d’excès de vitesse

Ceux qui viennent de passer le code de la route connaissent les sanctions appliquées en cas de dépassement de la vitesse autorisée. Le code en dit long sur les amendes prévues par la loi et le retrait de point consécutif. Plusieurs cas se présentent :

  • un excès de vitesse de moins de 20 km/h en agglomération coûte 1 point et 135 € d’amende.
  • Un excès de vitesse de moins de 20 km/h hors agglomération coûte 1 point et 68 € d’amende.
  • Un excès de vitesse compris entre 20 km/h et 30 km/h coûte 2 points et 135 € d’amende.
  • Un excès de vitesse compris entre 30 km/h et 40 km/h coûte 3 points et 135 € d’amende avec suspension du permis durant 3 ans maximum et obligation de réaliser un stage.
  • Un excès de vitesse compris entre 40 km/h et 50 km/h coûte 4 points et 135 € d’amende avec suspension du permis immédiate mais durant 3 ans maximum et obligation de réaliser un stage.
  • Un excès de vitesse supérieur à 50 km/h coûte jusqu’à 1500 € d’amende avec suspension du permis immédiate mais durant 3 ans maximum, obligation de réaliser un stage et confiscation du véhicule.

Lors du passage du permis de conduire, l’examinateur pose de nombreuses questions sur les droits et les obligations du jeune conducteur. Passer le code de la route oblige déjà à connaître “sur le bout des doigts” les vitesses autorisées et les panneaux de signalisation qui les indiquent.