Les théories du complot : voici les dommages sociaux qu’elles causent

Les théories de la conspiration sont diverses. Néanmoins, toutes postulent l’existence d’individus, d’organisations ou de groupes qui complotent secrètement dans le but d’atteindre des objectifs louches, inquiétants et sinistres. Le nombre de personnes qui croient en des théories de conspiration peu plausibles a beaucoup augmenté. Zoom sur les dommages sociaux provoqués par une théorie du complot.

Théorie du complot : un système en expansion

Déjà, grâce aux réseaux sociaux tels que Facebook et à la prolifération des sites qui publient systématiquement des articles sensationnalistes et sans fondement dans le but de se faire de la publicité. Le nombre de personnes qui croient en des théories de conspiration peu plausibles a de ce fait largement augmenté. Dans de nombreux cas, la conspiration fait aussi des affaires. En surfant sur la vague des théories du complot, il a été découvert qu’il était possible de s’enrichir.

Une théorie parmi toutes : la célèbre théorie des traces chimiques, absolument sans fondement. Parfois, les théories de conspiration sont encore plus dangereuses. Il suffit de penser à la théorie (toujours en vogue) selon laquelle les vaccins provoquent l’autisme, une théorie démentie par la recherche scientifique. Dans ce cas, les conséquences de la diffusion de ces fausses informations scientifiques peuvent être importantes. Elles peuvent, par exemple, conduire une mère à ne pas vacciner ses enfants, les rendant ainsi malades.

Ce type de théories amène un conspirationniste à nier les preuves établies, comme le réchauffement climatique ou le lien entre le sida et le VIH. Selon une enquête réalisée en 2013, les Américains pensent que le réchauffement climatique est un canular, malgré les 97 scientifiques qui attirent l’attention sur ce phénomène.

 

Théories du complot et conséquences sociales

La théorie du complot est également étudié d’un point de vue psychologique. Il a été démontré que le fait de croire à une théorie du complot augmente la probabilité de croire à d’autres théories similaires. Il s’agit d’une démonstration de la pensée “monologique”, c’est-à-dire d’un type de pensée qui ne procède pas de manière rationnelle à la preuve et à la réfutation d’hypothèses individuelles, mais qui tente de tout faire remonter à son propre système de croyances personnelles.

En adoptant ce style de pensée, tout remonte donc à de prétendus “nouveaux ordres mondiaux”, des lobbys de “gens éclairés” et de maîtres secrets de la terre qui mettent en œuvre des plans non spécifiés pour bouleverser le monde. Une nouvelle étude publiée dans Personality and Individual Differences a plutôt enquêté sur les conséquences sociales négatives de la croyance aux théories du complot. Les chercheurs ont mené une expérience sur 316 adultes, assignés au hasard à trois conditions.

À la condition de “conspiration”, les participants ont regardé cet extrait d’un documentaire bien connu qui suggère que l’opinion scientifique sur le changement climatique est influencée par des facteurs politiques et économiques. En condition de “changement climatique”, les participants ont regardé cet extrait d’une vidéo qui sensibilise à la question. De plus, en condition de contrôle, les sujets ont effectué une tâche de puzzle. Les résultats ont indiqué que le groupe qui regardait le film de conspiration était plus enclin à avoir des doutes sur le consensus scientifique sur le réchauffement climatique.