L’évolution des mœurs sexuelles depuis 1960

Le comportement sexuel est l’un des phénomènes qui a subi le plus de changements ces dernières années. En fait, de nombreuses idéologies ont tenté de contrôler la direction que prenait l’expérience sexuelle à un moment donné.

De la conception de la femme comme subordonnée à l’homme – protagoniste des expériences sexuelles, au victorianisme scientifique, qui a assumé les tabous de la religion comme des positions validées empiriquement.

Dans ce sens, nous pouvons dire que le changement dans l’expérience sexuelle “a été magnanime” au cours de ces dernières décennies, surtout depuis les années soixante.

Comment un tel changement peut-il s’opérer ? Comment quelque chose d’aussi profondément ancré dans notre mentalité, dans nos us et coutumes, peut-il changer en à peine quarante ans ? Qu’est-ce qui a pu lutter contre les idées restrictives de la religion imposées pendant des siècles pour la liberté de l’expérience sexuelle ? Nous le détaillons ci-dessous.

La “contre-culture” des années soixante

Avant la transformation des années 1960, un certain nombre de facteurs de changement avaient déjà eu lieu, qui allaient faciliter le processus de libération sexuelle :

Havelock Ellis (1859-1939) avait déjà parlé du sexe dans une perspective libérale, en le reliant aux états de bonheur ; Freud (1856-1939) a commencé à étudier l’orgasme féminin. Lou Andreas Salomé (1861-1937) a commencé à écrire sur l’érotisme et Virginia Wolf (1929) sur le temps et l’espace dans la relation sexuelle.

Cependant, un événement survient qui bouleverse les plus solides piliers de la culture occidentale connus à ce jour : la Seconde Guerre mondiale. À la suite de cet événement, une grande partie de la société a dû se reconstruire.

Ainsi, une fatigue culturelle est mise à jour dans la population. Surtout aux États-Unis et dans la plupart des pays d’Europe (en Espagne, en raison de ses caractéristiques politiques, cette fatigue culturelle n’apparaît pas avant les années 80), les gens commencent à en avoir assez d’un style de vie confortable, conventionnel et parfaitement organisé.

Des piliers de cette culture émane une “contre-culture” qui a pour bannière les valeurs contraires à celles établies jusqu’alors ; ainsi naît le mouvement hippie, dans lequel la liberté, l’amitié et le groupe sont positionnés en axes centraux.

Le mouvement hippie ou les festivals d’amour

À partir du mouvement hippie, qui a eu lieu dans les années 60 aux États-Unis, de nouvelles formes culturelles apparaissent. Les drogues, le sexe et le plaisir abondent. La musique se développe au niveau corporel et collectif avec des figures comme Janis Joplin, Jimi Hendrix ou Mick Jagger.

Nous pouvons observer l’influence hippie dans :

Dans ce cas, la Beat Generation était antérieure au mouvement hippie, qui a hérité d’une grande partie de son idéologie. La Beat Generation était composée d’un groupe d’écrivains qui rejetaient les valeurs conventionnelles, prônant la liberté sexuelle, la consommation de stupéfiants et la philosophie orientale.

Parmi les grandes influences politiques du mouvement hippie figurent les luttes de Mai 68, qui ont modifié les relations entre enseignants et étudiants dans les universités européennes.

La culture hippie parle du corps comme de quelque chose qui ne doit pas être caché, mais plutôt exalté. Par conséquent, la libération sexuelle du mouvement hippie s’accompagne d’influences du troisième féminisme. Les femmes peuvent s’habiller comme elles le souhaitent et donc porter des minijupes, ou bien elles peuvent se présenter “topless”.

Woodstock : adieu à la culpabilité et à la honte

En 1969, le festival de musique et d’art de Woodstock s’est tenu à New York. Le festival a récupéré les festivités perdues pendant les guerres et, surtout, a souligné l’importance du corps et la compréhension du sexe comme quelque chose de naturel inhérent à l’homme.

Les relations sexuelles ne doivent donc pas être un objet de culpabilité ou de honte. Nous constatons le changement le plus remarquable dans l’expérience sexuelle. Le sexe doit être exercé de manière naturelle.

La liberté sexuelle, en particulier la liberté féminine, donne naissance à une nouvelle culture, où le sexe est compris comme une activité de plus dans le vaste répertoire dont nous disposons. En outre, le sexe perd sa valeur reproductive, intensifiant ses caractéristiques affectives.

L’évolution de l’expérience sexuelle au cinéma

Le cinéma est un outil essentiel non seulement pour refléter les valeurs culturelles de l’époque, mais aussi comme moyen de communiquer ce changement social. Dans ce cas, pour transmettre le changement de l’expérience sexuelle. Par conséquent, nous pouvons observer la sexualisation et l’instrumentalisation du sexe dans la poursuite du plaisir et la fuite des idées reproductives dans des films.

La combinaison la plus explosive : drogues et sexe

Woodstock et le mouvement hippie ne visent pas seulement à modifier l’expérience sexuelle et à libérer le sexe des émotions à connotation négative telles que la culpabilité ou la honte, ils visent également à libérer la consommation de drogues.

Le sexe commence à être combiné avec le LSD. Timothy Leary (1920-1996), psychologue américain révolutionnaire pour des ouvrages tels que Le jeu de la vie, défendait cette idée :

En fait, l’essor de la consommation de stupéfiants est tel que de grandes universités, comme Harvard, ont mené des études au début des années 1960 sur la valeur thérapeutique du LSD, de la psilocybine et de la diméthyltryptamine.

Conclusion : l’héritage des années 1960

L’évolution de l’expérience sexuelle s’est poursuivie au cours des décennies suivantes jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, elle continue à évoluer.

Le changement sexuel qui s’est produit au cours de ces années est encore plus important dans l’expérience sexuelle féminine, qui était jusqu’alors comprise comme un être inférieur subordonné à la vie domestique et où sa valeur sexuelle ne dépendait que de sa fertilité.

Il est donc impossible de comprendre l’évolution de l’expérience sexuelle sans la relier aux différents mouvements féministes.

Ces mouvements étaient importants en eux-mêmes, mais aussi ou surtout pour ce qu’ils ont soulevé. Nous parlons de revendications aussi importantes que l’égalité des droits, l’approche de genre ou l’identité personnelle des femmes en tant qu’agents actifs dans les relations sexuelles.